Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 Jan

Notions sociologiques et anthropologiques du corps.

Publié par Déthéines  - Catégories :  #Quelques notions...

  • L'anthropologie est l'étude des êtres humains et de ses styles de vie, c'est une science humaine globale, comparative et multidimensionnel dans les différentes cultures ou contextes

  • L'ethocentrisme est une tendance à considérer consciemment le monde et les groupes sociaux en prenant comme sa référence culturel et groupe social en les valorisant et en les considérant comme supérieur. C'est une pratique d'étudier et d'émettre des jugements sur d'autres sociétés en se basant sur ses propres références culturelles . Dans une approche holistique de la personne, il est donc essentiel de comparer le point de vue commun d'une culture à une autre.

  • Le culturalisme met l'accent sur l'importance des cultures en lien avec la personnalité des membres d'une culture et l'influence des phénomènes culturels sur la société et la personne. La personne contribue au maintient de la stabilité d'un ensemble social.

  • La sociologie est l'études des faits sociaux à la fois abstraite de la réalité quotidienne et du sens donné par une personne.

  • Dans l'analyse sociologique de la société, le méso est caractérisé par le processus global et historique de la vie sociale d'un individu; le macro est l'état générale de la personne; et le micro représente les interactions entre les personnes ainsi que la compréhension du sens de nos actions. Dans cette approche, l'illness est la douleur ressentie face à la maladie, une rupture avec un bien être personnelle, il se situe au micro de la personne. Le sickness représente la maladie comme un phénoméne social qui modifie le rôle et les liens sociaux, elle se situe donc au niveau meso de la personne. Le sickrole est une phénomène d'interaction dans les lieux institutionnels. Enfin le disease représente la maladie comme un phénomène biologique impliquant une anomalie structurelle et fonctionnelle du corps, elle se situe évidemment au niveau macro de la personne. L'illness représente également la sensation tandis que le sickness est la réaction face à ses sensations.

  • La parentalité peut se définie comme l'ensemble des réaménagements psychiques et affectids qui permettent à des adultes de devenir parents càd de répondre aux besoins de leur enfant aux iveaux du corps, le vie affective et la vie psychique. Ici la notion de micro s'applique à la personne comme acteur direct relationnelle. Dans point de vue macro, les parents ont le savoir sur la parentalité, le développement de l'enfant, l'organisation sociale structurant les rapports en lien avec les droits déontologiques, la politiques sociale, économique et culturelle.

  • Le déterminisme représente une philosophie d'accord situé sur le "on" càd que la logique sociétale est supérieure et prédomine sur la personne, sur ses interactions et ses intérêtes, la place de chacun, le statut et le rôle sociale sont prédéfini par la sociéte. Dans ce même concept, le fonctionnalisme, élaboré par Mallinoski, explique la fonction de la société par analogie avec le monde médical. Elle met en avant l'existence d'un phénomène ou d'éxécution d'une action en terme de conséqeunces et de sa contribution dans le maintient de l'équilibre à un tout social.

  • L'individualisme, philosophie d'accord mais à l'inverse du déterminiseme se situe au niveau du "je" càd que l'individu prédomine sur la société comme acteur de soi même ayant la capacité d'agir sur ses réalités vers donc une indépendance individuelle. Elle met en avant la notion d'identitaire; la personne étant un acteur social de ses champs sociaux, elle a donc la capacité de reflexion et d'autonomie. La société étant toujours un tout en équilibre.

  • Dans une philosophie basée sur le conflit, Bourdieu, Boltanski et Mauss sont des précurseurs. Le déterminisme installe la personne comme une identité de classe et contrairement à l'individualisme, "nous" donne à la personne les capacités d'agir sur ses réalités personnelles par les révendication des droits humains ou par des mouvements sociaux. Dans le déterminisme ou retrouve le structuralisme, Marxiste et Strauss y sont les précurseurs, il met en avant la notion de "eux", les similitudes doivent être expliqué par le nombre limité des possiblités dont dispose l'humanité et non par contact direct avec la société. On retrouve dans la notion d'invidualisme, une notion d'interactionnnisme càd une vision des réalités sociales focalisé sur les façont dont les sens émergent à travers les interactions selon 4 concepts : différenciation, symbolique, en interaction dans le monde sociale et sont émergence. Goffman centre ses interets sur l'analyse des significations de la vie quotidienne, pour développer une compréhension des formes sous jacentes de l'interaction humaine.

  • Les caractériqtiques du savoir médical sont

  1. l'enculturation càd les processus d'assimilations des valeurs sociales et des traditions culturelles à l'intérieur d'un groupe social. C'est une transmission de la culture, qu'il faut acquérir progressivement une perspective sur la santé et sur la maladie.

  2. la culture scientifique

  3. humaniste qui met en avant l'amélioration du bien être et la diminution totale de la douleur.

  4. le rationnalisme scientifique se met en place par une démarche vérificative empirique.

  5. l'objectivation et la mesure

  6. le réductionnisme des phénomènes biologiques par les spécialistes pathologiques

  • Les techniques du corps introduite par Mauss sont des actes traditionnels de se servie du corps. Ce savoir faire est transmis mentalement et physiquement par l'éducation, les apprentissages et ainsi par l'imitation. Elle crée les notions de kinésie; l'étude des mouvemnts corporels dans l'interaction, les kinemes; les plus petites unités de mouvements et les kinémorphènes, plus petites unités de sens.

  • La théorie d'incorporation met en avat les structures et les hiérarchisations sociales par l'éducation sur et par le corps. L'individu est une personne sociale, reflet de la société et objet technique naturelle. Le corps est le support privilégier de l'apprentissage. Il s'interesse au dialecte entres les structures mentales et corporelles.

  • La proxémie intégré par Edward T. Hall, se définit par l'étude de l'usage sociale de l'espace. Il définit des distances sociales :

  • intimes (<30 cm)

  • personnelle (1m30)

  • social (2m50)

  • public (7m)

  • écheanges extrèmes (cris)

  • L'orde interactionnel établi par Goffman, est une action réciproque de deux ou plusieurs onjets l'un sur l'autre.

  • L'hexis corporel sont les dispositions pratiques corporels par les interactions personnelles.

  • Le genre est un aspect pychologique, sociaux rattachés à l'identité sexuelle et introduit des notions identitaires :

  • identité sexuée c'est d'être de sexe masculin ou féminin

  • identité de genre est un processus de sociabilisation différencié et donc le produit de sexuation et d'incorporation des principes sexuants. Il est la représentation de soi à travers des catégories d'actions considérés comme proche des hommes ou des femmes.

  • identité sexuelle est la représentation de soi à travers les pratiques sexuelles.

  • Un stéréotype est une idée préconçue, un cliché.

  • Communitas ou communauté, caractérise de ce qui est commun à plusieurs personne, elle décrit le sens de l'intimité accrue que les personnes éprouvent les unes envers les autres quand le modèle socio culturel s'estompe un instant, elle s'applique aux institutions, aux pratiques, par le mouvement, les situations, les rôle et les positions sociales de la personne.

  • Un rite selon Goffmman se définit par les différentes règles produitent das les intercations et donc les rituels. Ce dernier étant pour lui, des règles instaurés dans les interactions verbales pour transmettre un message. Les rituels sont par définition commune sont la façon dont les acteurs appliquent des rêgles restrictives dans une reunion. Selon Gennep, marque la transition d'une étape de vie et l'entrée dans une autre diversement élaboré selon les sociétés, construits socialement et culturellement. Elle représente ainsi la majorité des occassions rituelles ( lois et morale exogène) ou cérémonielles (communication conventionnelle exogène à la personne). Elle partage une structure de phases distinctes sont différement mis en avant selon différentes situations

  1. Phase de séparation ou pré liminale, dans laquelle la personne sort d'une ancienne identité ou d'état d'esprit.

  2. Phase de latence, de transition ou liminale, où la personne subit un changement.

  3. Phase d'incorporation, d'agrégation ou de post liminale durant laquelle la personne acquiert et assume une nouvelle situation.

  • L'identité pour Goffman, se compose de deux parties

  1. sociale qui caractérise la personne appartennat à une catégorie sociale

  2. personnelle qui établi chaque personne ayant des marqueurs distinctes comme son histoire.

  • Ainsi l'individu est décrit selon lui, comme

  • une unité véhiculaire ou des règles de conduites publics. Dans cette idée, la personne donne une intuition de se faire voir, par des accords formels, définit par une parade d'intention.

  • une unité de participation individuelle ou collective avec les interactions d'autrui. La personne est donc une unité interactionnelle.

  • Notre perception à la douleur est influencé par les modes devie, la culture, la qualité d'expression, les groupes sociaux, culturelles et psychologiques, par le vécu social et culturel, on peut définir ainsi deux types de douleurs

  • la douleur privée qui est endogène, la personne à des difficultés à exprimer ses ressentis, ses sentiments face à la douleur.

  • la douleur publique est déterminé par les facteurs sociaux, culturels et psychologiques traduisant la douleur privée en publique. Elle est en lien avec la facilité du langage, la familiarité, l'expèrience, les croyances, les fonctions corporelles, la connaissance de soi et de l'identité sociale.

Pour notre culture générale. Ces notions on été mis en avant au XIXe et XXe siècle.
Pour notre culture générale. Ces notions on été mis en avant au XIXe et XXe siècle.

Pour notre culture générale. Ces notions on été mis en avant au XIXe et XXe siècle.

Commenter cet article

À propos

Extrait vitalisant, au parfum ressourçant & pétillant